Loading
 free web counter Counter Powered by RedCounter

Poésie

Decio Mateus

Interview du poète Decio Mateus faite par les élèves du lycée français de Luanda.

 

Pourquoi êtes vous devenu poète?

 

" A 12 ans j'ai étudié la poésie à l'école et le professeur nous demanda d'écrire un poème. J'ai donc écrit et j'ai montré mon travail au professeur. Ce dernier me fit des compliments. C'est à partir de ce moment que j'ai découvert que j'aimais écrire de belles pésies. Plus tard, en grandissant, j'ai continué...J'écrivais des poèmes pour les filles dont j'étais tombé amoureux.

J'ai découvert que j'avais un don et j'ai voulu cultiver ce don. Je n'ai donc cessé d'écrire afin de travailler cette faculté."

 

Est-ce que vous allez continuer la carrière de poète.

 

" Je ne peux pas arrêter de faire de la poésie, si j'arrête d'écrire, je suis comme une personne vivante mais morte à la fois. J'ai un travail à côté et j'écris durant mon temps libre. J'ai deux livres qui sont prêts."

 

Est-ce que vous écrivez seulement de la poésie?

 

"Je suis en train de travailler sur quelques contes mais le problème c'est que cela demande beaucoup de temps et ce n'ai pas toujours compatible avec mes activités professionnelles. Cependant je me suis fait la promesse de publier un livre de contes."

 

Où trouvez-vous votre inspiration?

 

Si vous lisez le poème Xé Candongueiro, vous allez très vite comprendre que le poète se préocupe beaucoup de la société qui l'entoure. Ainsi je m'inspire du pays et de ses habitants, de personnes simples. Mon inspiration c'est l'air que je respire, c'est la rue, les gens qui se battent pour vivre. Aider ce pays à grandir c'est mon inspiration et ma joie."

 

Son blog où vous pourrez découvrir les différents poèmes qu'il a composés:

http://mulembeira.blogspot.com/

 

XÉ CANDONGUEIRO!

Candongueiro tem pressa
Sobe na baúca
Não tem conversa
Condução louca
Pé no acelerador, velocidade
Não respeita prioridade!

Eh! Candongueiro dono da estrada
Ultrapassa pela direita
Manobra arrojada
Ultrapassa
Vuza na estrada estreita
“Trabalha não dá confiança”, tem pressa!

Candongueiro abarrotado
Não afrouxa na lomba
Leva gente p’ra mutamba
Pé no acelerador, velocidade
Dono da cidade
“Dinheiro trocado, dinheiro trocado!”

Eh! Candongueiro tem cobrador
Que grita: 1. de Maio, Maianga, Maianga…
Pé no acelerador, zunga-que-zunga
Abarrotado de gente
Não respeita cliente:
“Ou encosta ou desce meu senhor!”

Zé Pirão, São Paulo, Roque
“Não há maka emagrece meu kota”
Candongueiro manda na estrada
Leva gente do musseque
Gente enlatada
Roda batida é dono da rota!

“Trabalha não dá confiança”
Prenda, Mulembeira, Mulembeira
Leva gente do povo gente da praça
Candongueiro transporte do povo
Não é carro novo
Arranca levanta poeira!

Zunga-que-zunga sobe o passeio
Carro cheio
Xé candongueiro
Respeita passageiro
E espera prioridade
Candongueiro é dono da cidade!

Eh! Candongueiro é gente importante
No carro velho
Leva gente p’ro trabalho
Carrega gente descarrega gente
Ku Duro música alta
Xé candongueiro olha multa!




Décio Bettencourt Mateus
In Xé Candongueiro!


Notes:

-Xé : atenção !, cuidado !
-Candongueiro : espécie de mini-autocarros – normalmente Toyota Hiace ou Comuter, azul e brancos – que se dedicam ao transporte de pessoas.
-Baúca: espaço adjacente à parte de trás dos bancos da frente, i.e. do motorista e outros.
-Emagrece: em linguagem popular do candongueiro quer dizer que o cliente deve encostar-se o máximo que puder, para que outro cliente possa sentar-se.
-Ku duro: estilo musical made in Angola, em moda.
-Kota: mais velho, pessoa de respeito.