Loading
 free web counter Counter Powered by RedCounter

Les chutes de Kalandula

Vous avez un peu plus d'un week-end? Vous profitez par exemple de l'un des nombreux jours fériés qui nous sont proposés en Angola? Alors pourquoi ne pas pousser plus loin et se rendre à ces chutes mythiques pour tous ceux qui ont un jour posé le pied sur le sol angolais.

  • Description: A 6h de route de Luanda (en ne faisant aucun arrêt sauf pour prendre de l'essence), dans les terres de l'Est se trouve la province de Malanje qui abrite les chutes de Kalandula. Ces chutes d'eau impressionnantes situées en amont de la rivière Lucala sont les deuxième plus grandes chutes d'Afrique. Elles font environ 100m de hauteur et sont particulièrement belles à voir au moment de la saison des pluies. Là, elles sont pleines, rugissantes et imposantes. On y accède en allant tout au bout du village éponyme. Il faut prendre à droite au rond point et ne surtout pas s'arrêter au grand parking flambant neuf qui se trouve à votre droite. Continuez votre route et lorsque celle-ci se termine, vous êtes arrivés. Il suffit de garer sa voiture et d'apprécier. On peut alors s'approcher au bord des chutes, sautiller de pierre en pierre et observer le spectacle: les pierres au bord des chutes qui sont gravées de noms et de dates, graffitis éternels. La fumée transparente de l'eau qui s'échappe du bas des chutes et remonte en volutes glacées. Un hôtel désaffecté qui se trouve de l'autre côté de la falaise et rend le lieu presque irréel et enfin le paysage qui s'étend au loin, teinté de vert et séparé en deux par le serpent sinueux que forme la rivière qui s'écoule dans les terres...

 

  • Hébergement: Il existe un hôtel dans la ville de Kalandula. Celui-ci se nomme "Yolaka". Il est composé de plusieurs suites (300 à 500$ la nuit) et d'une trentaine de "containers" (120$ la nuit). Dans ces derniers le confort est sommaire: un lit où on sent bien les ressorts, un bureau, une armoire et un salle de bain. Le tout est néanmoins très propre. L'hôtel quant à lui est composé d'une salle de restaurant, d'un bar, d'une réception et d'un jardin aménagé d'une immense piscine. On y mange correctement (buffet) mais un peu cher d'autant plus que l'hôtel pratique non pas "le menu du jour", mais "le prix du jour"! Nouveau concept à exploiter. Néanmoins, c'est le meilleur endroit pour se rendre rapidement aux chutes au petit matin. Il est également possible de loger à Malanje à 80 km de là. On y trouve l'Hotel Palacio Regina: +244 251 231 520 / 924 217 471 ou le Palanca Negra: +244 939 146 842.

      Hotel Yolaka

      Rua principal

      (+244) 251 231 437 / 928 678 721

                                                                  

Las pedras negras

   En revenant des chutes de Kalandula, il est aussi possible de s'arrêter sur le site que l'on nomme "pedras negras" ou encore "Pungo Andongo". 

Ce site se trouve à 40 km environ du village de Cacuso. Nous y avons accédé en suivant une piste plutôt mal en point, donc il vaut mieux prévoir un bon véhicule pour s'y rendre. 

Lorsqu'on approche, on peut apercevoir des pierres gigantesques, arrondies et sombres qui se dressent au milieu du paysage. On a l'impression d'arriver dans la demeure de quelque géant ou créature mythologique. 

Il est possible de se garer directement sur le site qui est accessible par une route goudronnée. Il suffit ensuite de suivre un petit chemin et de monter au sommet des pierres pour avoir une vue panoramique de l'ensemble. 

Ces blocs de pierres à la taille colossale, s'élèvent à 200 mètres au dessus de la savane. Certains y voient des figures d'animaux, d'autres l'expression sous toute sa splendeur , du membre viril. Quoiqu'il en soit, ces blocs sont difficiles à expliquer d'un point de vue géologique. 

La légende raconte qu'un jour la reine Ginga prenait un bain dans une cavité en bas des rochers et qu'elle fut aperçu par des soldats. En s'enfuyant, elle laissa derrière elle des empreintes de pas. Il serait toujours possible, aujourd'hui encore, de les observer.